Fil rouge de l’été : La nature nous accueille, respectons la

Contrairement à ce que certaines ou certains peuvent penser, la nature, proche ou en montagne n’est pas « notre terrain de jeux », c’est avant tout le lieu où vivent des milliers d’espèces végétales, animales ou « champignonesques ». Il est de notre devoir de protéger cet environnement, même s’il nous paraît proche et familier et donc moins digne d’intérêt qu’un parc national ou qu’un site grandiose situé à l’autre bout du monde.
Forte de ce constat, la Gazette souhaite attirer l’attention des personnes fréquentant les sites proches de chez nous et parfois dégradés par l’action humaine.
Aujourd’hui, cri de rage pour les dégradations autour du Lac Achard, emblème de la station de Chamrousse, connu de toutes et tous, petits et grands, toujours aussi beau, mais pour combien de temps encore ?
Remerciements à Philippe Halot (guide à Chamrousse) pour ses photos explicites qui se passent de tout commentaire, ainsi qu’à Olivier Draghici, accompagnateur montagne à Chamrousse, pour son texte.
Dégradations au lac Achard où des aventuriers en herbe ont scié des branches de pins Cembro pour construire des cabanes !!!
Comment ignorer que ces pins mettent plusieurs dizaines d’années à pousser et devenir adultes. Certains sont plus que centenaires.
Cependant, concernant ce magnifique lac Achard, lorsque l’on part du téléski de la perche à Chamrousse, aucun panneau signale l’arrivée au lac Achard comme étant une zone protégée…
A l’arrivée au lac, idem, aucune information, notre attention n’est pas attirée sur les belles espèces qui se cachent dans cette zone protégée. Ni sur le comportement que nous devons adopter dans ces zones protégées.
Donc sans information, pas de connaissance, donc pas forcément de respect, même si les dégradations commises sont inacceptables.
S.V.
je laisse la parole à Olivier Draghici, vous pouvez consulter sa page facebook avec le lien ci-dessous : https://www.facebook.com/olivier.draghici

Une pensée sur “Fil rouge de l’été : La nature nous accueille, respectons la

  • juin 30, 2020 à 8:53
    Permalink

    Mais ou s’arretera la betise humaine ? sera t elle donc sans fin ? Et comment une telle degradation est elle possible ? On peut de moins en moins profiter des belles choses car il y a toujours un nivellement par le bas qui se fait à cause de plus en plus de personnes non respectueuses et qui se croient tout permis parce qu’il faut consommer sans moderation ! C’est tellement triste… Merci a vous pour cet article.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *